Une image pour un thème WordPress

Ce fut évoqué sur Aidomni, comment créer un thème enfant. J’avais oublié comment rajouter une image pour le back office de WordPress. Car une image c’est plus parlant :

  1. Prenez donc une capture d’écran du thème enfant.
  2. Ouvrez la capture avec un logiciel graphique.
  3. Redimensionnez en 300px par 225px
  4. renommez ce fichier en screenshot.png
  5. déposer ce fichier à la racine du thème enfant.
  6. Et puis c’est tout
Prévisualisation du thème enfant
Prévisualisation du thème enfant dans l’administration de WordPress

Un « ne m’oubliez pas » bien étrange pour ce jour des forget-me-not, des myosotis qui sont portés par les anglo-saxons pour ce jour du souvenir.

 

Akismet : des gens bons et des pourriels

Akismet est un incontournable pour la gestion des spams de commentaires sur un blog ou un site. Il s’agit d’une émanation d’Automattic, la maison mère de wordpress.com. Pour l’activer dans un wordpress rien de plus simple, il suffit de passer le pont, demander une clé, installer dans WordPress akismet, puis activer akismet, enfin rentre la clé. C’est tout et c’est fait. Cette clé est valable pour plusieurs sites.

Les statistiques d’akismet sont parlantes. Sur mes blogs, Akismet est efficace à plus de 97%, cela signifie qu’il y a 3% des spams qu’il n’a pas détecté comme tel. En revanche, il n’a pas passé de bons commentaires en spam.

capture des statistiques d'akismet
capture des statistiques d’akismet

What the heck is ham doing on my blog? I’m a vegetarian.

Spam most people know; it’s the unwanted commercial comments on their blogs. Ham is what we call its counterpart, legitimate comments. On the Akismet mistakes side, missed spam is pretty self-explanatory, and a false positive is a legitimate comment incorrectly identified as spam (which, we hope, happens very rarely). Also, we meant no offense to vegetarians.

Ce qui donne dans ma traduction approximative non automatique et toute personnelle :

Quel est ce brin de jambon sur mon blog, je ne mange pas de ce pain là ?

Le pourriel tout le monde connait, ces commentaires pourris plein de pub avec des liens vers des sites encore plus pourris. les gens bons, ce sont les vrais commentaires…

Combien de temps cela va-t-il rester gratuit pour les particuliers ?

 

Un manager de configuration de plug-ins WordPress

Un plug-in pour gérer les plug-ins, c’est l’anneau pour les gouverner tous, c’est WP Install Profiles.
C’est encore mieux que dans mes rêves. Ce plug-in permet surtout de préparer des collections et de les installer sur un nouveau site, blog. S’il n’est plus nécessaire de se préparer avec sa liste de plug-ins, alors que de temps de gagné. Je teste, puis je l’écris, si j’y pense…

Il répond à la vraie problématique de WordPress, comment gérer les options nécessaires. Je trouve même étonnant que ceci ne soit pas géré en natif dans WordPress. Voici donc une demande à déposer auprès des faiseurs de WordPress.

 

Image de la page WP Install Profiles chez WordPress.org
Image de la page WP Install Profiles chez WordPress.org

Les plug-ins de wordpress et les extensions Mac

En regardant les diverses incompatibilités entre plug-ins dans WordPress, telles qu’il faut avant de proposer un service y afférant effectuer une étude de compatibilité, que cela m’a rappelé ce qui se passait sur Mac OS 7, 8 et 9. Il y avait souvent conflit d’extensions. À tel point, que certains d’entre nous étaient devenus des spécialistes du conflit. Il suffisait d’ouvrir le « manager d’extensions », puis tester la compatibilité entre les extensions, dans une configuration parfois farfelue.

Troubleshooting a system extension conflict is a process of elimination. The process requires that you restart the computer a number of times.

C’est ainsi qu’il fut présenté par la Knowledge Base, en précisant que KB était le nom de la base, sinon je l’aurais appelé « base de connaissance ».
En traduction dionysienne de l’à peu près, cela donne : pour gérer un conflit d’extension, il convient d’essayer chacune des configurations possibles, systématiquement.

Je me dois de préciser qu’il était possible d’enregistrer des « configurations », c’est à dire que chaque configuration correspondait un ensemble d’extensions données.
Il eut été sûrement plus simple d’avoir un système parfait, Mac Os X nous en donne un bon exemple, mais devant cette imperfection, le manager d’extensions s’est révélé précieux.
Qu’en serait-il d’un manager de configuration de plug-ins WordPress ? Qu’en pensez-vous ?