Aidomni est mort, vive aidomni.wordpress.com

Ni l’argent, ni le courage, j’avais laissé tombé le site aidomni.com. Du coup, pour une question de pérennité, j’ai ouvert sur wordpress.com le site aidomni.wordpress.com. Il manque des options. Je n’ai pas importé les données du site aidomni.com. Peut-être le ferai-je plus tard, juste pour essayer, pourquoi pas. Une des conséquences est que je ne pourrai plus recevoir de l’argent d’adwords de google. Un manque à gagner de quelques centimes par mois difficile à combler. Cela me permet de découvrir les limites de wordpress.com que je vous expose en vrac :

  1. Impossible de poser le thème de son choix.
  2. Impossible de jouer avec les CSS, sans payer.
  3. Impossible de faire fortune avec adwords.
  4. Impossible de jouer avec les plugins.

Le site aidomni.wordpress.com parle de mon activité serrurerie et vitrerie par l’exemple. Vous découvrirez non pas ce qu’il est possible de faire, ce qui fut déjà fait. C’est tout pour aujourd’hui. Bonne visite.

 

Cela m’énerve ces changements dans wordpress.com

Nouvelle approche pour monétiser les blogs dans wordpress.com, il n’est plus possible de modifier la css ou les fichiers de thèmes comme au début, cela coûte 15 dollars. L’immense intérêt de wordpress.com est la pérennité de l’hébergement. Il y avait aussi la possibilité de faire joujou avec un thème, le pousser dans ses limites, tout changer à la volée, changer de thème chaque jour, le reprendre…
Ne trouvez-vous pas abscons cet interface de rajout de css ?

accueil de modification de css dans wordpress.com

Alors, j’essaie de comprendre, je ne fais pas attention à ce qui n’est pas traduit, je trouve la css, je charge, et enfin, ô merveille, voilà le résultat :
vous devez achetez la mise de personnalisation CSS, wordpress.com

15 dollars pour modifier une css, c’est donner beaucoup de prix pour du gris, quelques pixels.
Cela disparait donc, qu’en est-il de la présupposée pérennité des données de wordpress.com. Ne vont-ils pas nous obliger, afin de ne pas supprimer notre compte, un jour lointain bien sûr, à payer la modique somme de, aller savoir.